BILAN : Le Printemps autochtone d'Art 3 s'est terminé en toute beauté !

jeudi 29 juin 2017

BILAN : le Printemps autochtone d’Art 3 s’est terminé en toute beauté !

ONDINNOK REMERCIE SES 2000 SPECTATEURS !

85 jours consacrés à la danse, le théâtre, les arts visuels, la musique, la performance, le cinéma et à faire le point sur la situation de l’art autochtone au Québec. De son coup d’envoi avec la conférence de presse de dévoilement le 29 mars jusqu’à sa clôture le 22 juin 2017, le Printemps autochtone d’Art 3  (PAA3) a offert une édition ambitieuse de plus grande ampleur que les prédécentes : un plus grand nombre de créations, de représentations, de lieux et une plus longue durée ! La biennale multidisciplinaire s’est clôt tout en beauté le 22 juin avec Wampum-Kaionn’i, un spectacle qui a su rejoindre le coeur des spectateurs.

Les artistes, les artisans et l’équipe d’Ondinnok sont fiers de vous avoir présenté cette édition pleine de nouveautés : 7 lieux de représentation (quatre maisons de la culture), deux spectacles en salle avec billetterie (Monument-National et Cinquième Salle de la Place des Arts) et 24 levers de rideau dans 7 théâtres montréalais et 2 lieux de diffusion en danse. Ce sont plus de 2000 spectateurs qui ont répondu « présent » et ont été curieux de découvrir des créations exigeantes, originales, pertinentes, qui vont au-delà des conventions. Plusieurs périodes d’échange et de discussions d’après-spectacles ont permis d’approfondir et d’enrichir l’expérience entre les publics et les artistes.

LA TROISIÈME ÉDITION EN CHIFFRES

+35    représentations de créations et événements
+2000    spectateurs aux spectacles et événements gratuits et payants
+30    journalistes présents lors des évènements de presse et spectacles
+50
+70
   artistes et artisans des arts de la scène dans les créations et événements
parutions dans les médias et blogues

 

DES THÉMATIQUES D’ACTUALITÉ

Durant toute la durée du PAA3, en avril, mai et juin 2017, plusieurs thèmes furent abordés : d’abord un refus du colonialisme qui teinte les « célébrations » du 150e anniversaire du Canada et du 375e de Montréal et un rappel que du point de vue autochtone, il n’y a rien à célébrer.  Ensuite, le thème de la réconciliation par des Levers de rideaux « Cinq minutes pour que je te dise » durant tout le mois d’avril, qui se sont déclinés sous la forme de courtes performances d’artistes autochtones de diverses disciplines en première partie du programme principal de théâtres et lieux de danse montréalais : des tribunes inusitées provoquant des rencontres inattendues avec les spectateurs.

La création Ktahkomiq a courageusement traité d’éléments autobiographiques : le territoire diffus des Malécites de Viger, l’importance de l’apprentissage des langues autochtones dans les démarches personnelles de reconstruction culturelle. El buen vestir-Tlakentli questionnait par ses chorégraphies métissées les échanges qui se produisent entre Autochtones de tout le continent américain, les rencontres qui révèlent combien les formes d’aliénation vécues par les communautés autochtones du sud et du nord sont semblables. Wampum-Kaionn’i, par ses « rivières de paroles », appelait à être à l’écoute de la mémoire ancestrale des Premiers peuples.

Finalement, la reconnaissance par les pairs, les institutions et la société en général, le soutien financier, la diffusion des œuvres et la transmission des connaissances sont autant de sujets discutés lors de l’État des lieux sur la situation des arts autochtones au Québec.

Un PAA3 qui était, comme on peut le constater, extrêmement riche en pistes de réflexion !

DIVERSITÉ DE CRÉATIONS ET ÉVÉNEMENTS

Profondeur et beauté ont été au rendez-vous durant tout le Printemps autochtone d’Art. Ondinnok a produit et accompagné la création de deux spectacles (Ktahkomiq et El buen vestir-Tlakentli), des créations remarquées pour leur grande force et l’authenticité des démarches des artistes.

Parmi les événements phares qui ont charmé le public, il faut souligner la superbe exposition Tehatikonhsatatie : Pour celles et ceux qui nous suivront, qui présentait pour la première fois à Tioh’tiá:ke (Montréal) le travail de Carla et Babe Hemlock, artistes Kahnawakeró:non (Kahnawà:ke) et un premier commissariat pour l’artiste visuelle Hannah Claus : un coup de cœur du PAA3 !

À cela s’ajoute, dans une volonté d’autodétermination culturelle, le grand rassemblement d’artistes autochtones, l’État des lieux sur la situation des arts autochtones au Québec, à l’Agora Hydro-Québec du Coeur des sciences de l’UQAM, les 17 et 18 mai. Un événement à teneur historique !

REMERCIEMENTS

Ondinnok remercie tous ses partenaires ayant permis l’événement ainsi que tous les artistes, artisans et membres de l’équipe. Surtout un énorme merci à vous tous, cher public, qui avez été fidèle au rendez-vous !