5 minutes pour que je te dise

Yvon Dubé

Ce soir j’ai assisté à mon deuxième lever de rideau 5 minutes pour que je te dise, prélude printanier de la programmation principale de la 3eme édition du Printemps autochtone d’Art #PAA3.

Moi, j’ai appris votre langue, je peux vous parler. Et vous, seriez-vous prêt à apprendre la mienne ? -Yvon Dubé

C’était au Théâtre Aux Écuries. Yvon Dubé, issu du peuple de l’écorce, les Atikamekw de la Mauricie, est entré sur scène tambour à la main et vêtu d’un chapeau noir, d’un jean gris et d’une chemise traditionnelle rouge avec des empreintes d’ours au niveau du torse. Outre les sièges typiques d’une salle de théâtre, il y avait des canapés entourant la scène, ce qui nous permettait d’être plus proches d’Yvon. Son entrée fut humble tout comme sa performance. À mes yeux, Yvon a le charisme d’un ours et la vulnérabilité d’un homme à la reconquête de son identité, de sa culture, de sa langue. Il nous a ouvert une partie de son cœur et nous a intimement révélé avoir cru pendant longtemps être né en forêt. C’est plus tard qu’il a appris en fin de compte que non ! Il est né à l’aube de la sédentarisation de son peuple, donc en ville dans un hôpital. Et c’est avec le conseil de sa grand-mère de ne jamais perdre sa langue pour ne pas perdre sa civilisation qu’il nous a appris un mot, un mot important pour lui et pour sa communauté. NOTCIMIK : la forêt.

Ce soir j’ai aimé ne pas être la seule personne de couleur parmi les spectateurs. J’ai aimé la manière dont les acteurs de la pièce Épopée Nord ont accueilli et présenté Yvon Dubé. La façon dont son lever de rideau ne fut pas seulement 5 minutes de 150 ans et plus d’une réalité coloniale, mais a plutôt été « 5 minutes pour que je te dise » que le futur est autochtone. En effet, le contexte de la pièce Épopée nord se situe en 2035 au Québec quand les Autochtones forment la majorité tandis que les Québécois blancs « pure laine » sont devenus « minorités visibles ». Deux heures de spectacle déjanté, absurde, fun, surréaliste et conscient des problématiques auxquelles les Premières Nations font face.

Épopée Nord du Théâtre du Futur au Théâtre aux Écuries est à ne pas manquer !

Laetitia Techer