fbpx

5 minutes pour que je te dise

Robert Seven Crows Bourdon

C’est au théâtre Prospero sur la rue Ontario de Tio’tia:ke, territoire Kanien’kehá:ka (Mohawk) non-cédé (Montréal) que j’ai eu l’honneur d’assister aux 5 minutes pour que je te dise de Robert Seven-Crows, en ce jour qui marque l’ouverture du Printemps autochtone d’Art (#PAA3).

Je suis un sang mêlé, un bois brulé, je suis un Métis – Robert Seven Crows Bourdon

Sur la scène sombre au fond, cinq chaises. En premier plan face à nous, sur son socle de côte d’orignal posé à même le sol éclairé, le tambour de Robert. Carmen Jolin, la directrice artistique et générale du théâtre Prospero introduit l’artiste avec une profonde sincérité en le définissant musicien, conteur, auteur et compositeur de ses traditions, de son territoire, et ce depuis plus de trente ans. Elle a aussi mis en avant le fait que Robert-Sevens-Crows est connu, reconnu pour son talent en Europe mais pas au Québec.

Robert, vêtu d’un jean bleu, d’un chandail kaki, d’une veste traditionnelle jaune brodée de fleur et ses chaussures en concordance avec sa veste est arrivé sur scène. Sa performance s’est déroulée tel une symphonie en trois mouvements

Mouvement I- Introduction: « Je suis un sang mêlé, un bois brulé, je suis

Métis ».

Mouvement II- Chant traditionnel: Tambour, voix, tambour, langue que je ne comprends mais d’une sonorité qui m’apaise, tambour, chant qui me semble familier, tambour, tambour.

Mouvement III- Narration: Robert conte l’histoire de l’un des siens, un homme qui dès son plus jeune âge a été enfermé dans un système. Un parcours qui développe une rage. À 6 ans, pensionnat. À 14 ans, son père lui dit « j’te connais pas, tu parles pas indien » d’où la consolation: alcool. À 16 ans, la grande ville: incarcération. À 18 ans, marié par le prêtre à une fille de 14 ans venant des pensionnats et qu’il ne connaît pas: alcool. À 20 ans, abusé par un homme qui a du pouvoir: alcool, drogues. Et ainsi de suite jusqu’à aujourd’hui, 65 ans et bientôt sorti de prison. Robert a de l’espoir pour cet homme car il est sur le chemin de la guérison, programme auprès des hommes des Premières Nations en milieu carcéral dans lequel Robert Seven Crows Bourdon intervient avec sa compagne, JoAn Pawnee, en qualité d’ainé.e .s. Merci RobertSeven Crows Bourdon pour votre présence apaisante, votre gentillesse et votre accessibilité.

Laetitia Techer