Au-delà de nos frontières

lundi 24 septembre 2018

Notre planète est en perpétuel changement. La Terre-Mère nous parle. Nous devons en prendre conscience. Politiquement, nous sommes devant des hommes d’États et une population de plus en plus aveuglés par le pouvoir prônant des idéologies qui mettent en danger les droits humains par la montée du populisme. Sommes-nous, nous, Premiers peuples, impuissants face à ces régimes répressifs ? Non. Il y a une forme de résistance qui prend position, une parole forte qui se fait de plus en plus entendre et qui, je l’espère, continuera de s’affirmer sans gêne ou peur d’être jugé. Nous nous devons de poursuivre notre art guérisseur. Par nos actions théâtrales, nous avons nous aussi le pouvoir de changer les choses, de faire entendre nos langues et de créer le rapprochement entre peuples qui forment notre Amérique. Nous le faisons chez Ondinnok depuis 34 ans. Nous sommes tous une même famille, il n’y a pas de frontières, nous sommes tous parents. Il nous faut affirmer cette parenté panaméricaine et sa diversité d’une grande richesse.

Les artistes que nous avons choisis pour notre saison 2018-2019 ont eu la force et la capacité de puiser à même leur réalité la plus intime pour créer une œuvre touchante sur la perte de leur identité autochtone au sein de leur propre pays, le Mexique. El Buen Vestir | Tlaklentli de Carlos Rivera et Leticia Vera se veut un symbole de reconquête de leurs racines, de leurs héritages et de leurs ancêtres, ici même au Kanata. Comme l’affirme le metteur en scène Yves Sioui Durand, accepter d’être adopté, c’est accepter de vivre une certaine mort de leurs mémoires pour renaître ailleurs. Nous croyons que cette œuvre de danse-théâtre aux directions artistiques audacieuses sera un geste de guérison pour les artistes et pour les spectateurs, qui ne laissera personne indifférent.

Bonne saison!

Amitiés

Dave Jenniss – Directeur artistique