Manifeste pour l’avancement des arts, des artistes et des organisations artistiques autochtones au Québec

mardi 23 janvier 2018

« Les peuples autochtones ont le droit d’observer et de revivifier leurs traditions culturelles et leurs coutumes. Ils ont notamment le droit de conserver, de protéger et de développer les manifestations passées, présentes et futures de leur culture, telles que les sites archéologiques et historiques, l’artisanat, les dessins et modèles, les rites, les techniques, les arts visuels et du spectacle et la littérature. »
Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, art.11
Considérant que le milieu artistique autochtone au Kanata et au Kébeq a connu une véritable ébullition au cours des dernières décennies avec la production d’œuvres marquantes;

Considérant que les artistes autochtones ont la responsabilité d’éveiller les consciences, de dynamiser et revitaliser leurs cultures, de faire rêver, d’encourager leurs communautés à développer leur bien-être, en somme d’être les pionniers des transformations nécessaires pour l’avenir de leurs nations;

Considérant que nos points de vue, nos rêves, nos visions, nos utopies nourrissent une vision collective à partager sur ce qu’il faut faire pour l’avancement des arts et des artistes autochtones au Kébeq ;

Considérant la situation précaire des artistes et des organisations artistiques autochtones;

Considérant que les artistes et les organisations artistiques autochtones possèdent le droit légitime de s’autodéterminer;

Considérant que les 17 et 18 mai 2017, Ondinnok a accueilli à Montréal les artistes autochtones de toutes disciplines et des représentants des principales organisations artistiques autochtones, pour tenir une rencontre au sommet, un véritable État des lieux sur les arts autochtones au Kébeq, devant des témoins des médias et des organismes subventionnaires des arts.

Nous, les artistes et les organisations artistiques autochtones au Kébeq, publions le présent manifeste qui résume les échanges, les conclusions et les demandes issues de ce rassemblement. Il est et restera le témoin de la présence et de l’affirmation des arts autochtones au Kébeq. Ce manifeste se veut une clé pour éliminer l’écart actuel entre les arts autochtones du Kébeq et ceux du reste du Kanata, mais aussi entre les arts autochtones et les arts allochtones au Kébeq même. Une clé pour permettre aux arts autochtones de rayonner au cœur du développement général de l’art et de la culture au Kébeq. Pour inventer des perspectives de développement des arts tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des réserves. Une clé pour ouvrir la porte à un avenir où nos jeunes pourront s’ancrer dans leur culture et s’épanouir.

Au moment où le gouvernement provincial s’apprête à déposer une nouvelle politique culturelle, où le Conseil des arts et des lettres du Québec, le Conseil des arts de Montréal et les autres instances dans l’ensemble des régions sont de plus en plus sensibilisés à la nécessité d’avoir des programmes adaptés aux réalités culturelles et artistiques autochtones, nous devons rappeler que les meilleures intentions sans financement adéquat restent lettre morte. Surtout, nous nous devons, en tant qu’artistes et organismes artistiques autochtones, d’affirmer notre autodétermination et d’émettre des demandes claires pour la mise en place de tous les changements nécessaires à l’avancement des arts et des artistes autochtones en Kébeq.

LIRE LE MANIFESTE