La Conquête de Mexico

1991

Synopsis

Comment un empire puissant, une structure sociale solidement établie, une civilisation d’un grand raffinement, une armée nombreuse et bien entraînée, comment cela, en quelques mois, a-t-il pu s’effondrer sous les coups d’une poignée d’aventuriers, plus ou moins en rupture de ban avec leur propre nation? C’est dans le cadre des dix-huit mois du calendrier aztèque et en animant les figures redoutables ou séduisantes des dieux aztèques qu’on tente d’évoquer l’une des grandes énigmes de l’histoire humaine. Tous les éléments de la tragédie sont en place : prédictions, oracles et présages; héros voués à la mort; destin inéluctable; un choeur de voix pour narrer, provoquer et se plaindre; et aussi la méprise totale qui, au moment décisif, aveugle les Mexicains et leur fait prendre pour des dieux ceux qui deviendront bien vite leurs conquérants et leurs exterminateurs.  Jean-Pierre Ronfard texte du programme de soirée

Un spectacle fondateur pour Ondinnok

Ce récit nous a été transmis par les témoins et les survivants du siège de Mexico par Hernando Cortes en 1520. Écrit en langue nahuatl et sauvé de l’oubli par le franciscain Bernardino de Sahagun, il a été traduit en français par Tsvetan Todorov. Pendant plus de  deux ans, Yves Sioui Durand travaille ardemment à l’adaptation de ce texte pour la scène. Loin de la simple reconstitution, ce spectacle démesuré fut mis en scène par Jean-Pierre Ronfard l’un des plus grands metteurs en scène du Québec. Son implication et sa discipline de travail ont été une source d’inspiration inépuisable pour Ondinnok. L’auteur et le metteur en scène se sont même rendus à Mexico et à Mérida afin d’approfondir la recherche de cette création. Joué par une distribution de dix-sept acteurs provenant de plusieurs ethnies autochtones et non autochtones, La Conquête de Mexico fut une expérience théâtrale unique au sein de la dramaturgie du Québec. La pièce fut créée à l’Espace Libre en coproduction avec le Nouveau théâtre expérimental. Elle reste, encore aujourd’hui, l’une des pièces fondatrices d’Ondinnok.

La pièce de Yves Sioui Durand est une fresque composée de sympathie ardente, de chants et de paroles émouvantes, d’une vie physique et spirituelle haute en couleurs. On ne sait plus ce qu’il faut admirer le plus du texte de Yves Sioui Durand qui additionne pendant près de trois heures la terrible succession des épisodes entre fêtes du sexe, du mais, des dieux, du sang et de la mort. Morceau d’anthologie théâtrale d’un tel brio et d’une telle intensité que la pièce mériterait un cadre dix fois plus vaste, bref, prouesse théâtrale La Conquête de Mexico est avec son excès et son bariolage même, un immense tableau de passion, de fureur et d’apocalypse qu’il faut voir toutes affaires cessantes.  Alain Pontaut, La Presse, 1991

Contexte historique

La Conquête de Mexico n’est pas un moment isolé de l’histoire; la conquête est un processus toujours à l’oeuvre autour de nous. Ce spectacle a été créé en 1991, à l’aube du 500e anniversaire de la découverte des Amériques (1992). Il s’inscrit dans la protestation commune de tous les peuples autochtones d’Amérique contre ces célébrations mensongères. Un an auparavant, il y avait eu les événements d’Oka au Québec, une confrontation armée entre les Mohawk de Kanesatake et la Sureté du Québec, autour de la transformation d’un ancien cimetière amérindien en terrain de golf.  Cet événement a  entraîné la Commission royale sur les peuples autochtones devant établir un nouveau rapport entre les Autochtones et les non-Autochtones du Canada. Même l’ONU devait soumettre en 1991 une version finale de la Déclaration universelle des droits des Peuples autochtones qui sortira finalement en 2007.

L’information a été manifestement biaisée dans toute cette histoire d’Oka. Une histoire à dormir debout à certains moments. Et le théâtre de par sa vérité, de par sa vision originale sur l’espace et le temps, pourra mieux que tout autre moyen, nous faire pénétrer dans ce monde amérindien (…) Avant de fêter le 500e anniversaire de la découverte-conquête de l’Amérique, il faut voir La Conquête de Mexico qui nous raconte une histoire qu’on n’entendra pas souvent durant les célébrations. Jean Beaunoyer, La Presse, 1991

Dates des représentations

  • 9 avril au 4 mai 1991 – Montréal, Théâtre Espace Libre

Équipe

Auteur | Yves Sioui Durand
Metteur en scène | Jean-Pierre Ronfard
Assistant à la mise en scène | Alexandre Buysse
Interprètes | Crystine Albertoni, Daniel-Paul Bork, Luis Cerpa Orellana, Vincent Graton,  Alberto Guevara, Fernando Hernandez Perez, Catherine Joncas, Robert Lavoie, François Papineau, Patricia Perez-Robles, Véronique Régis, Yolanda Segura, Yves Sioui Durand, Christian St-Denis, Michèle Taina Audette et Véronique Watters
Concepteur des décors et des costumes | Yvan Gaudin
Compositeur et musicien : Michel Smith
Directeur de production et régisseur | Hélène Gaudin
Directeur technique | Sylvain Malo
Conception d’éclairages | Michel Beaulieu