Rechercher
Close this search box.
Mar
Équipe, Notre espace, Projets, Théâtre autochtone

Présentation des participant·e·s à notre résidence SIQONI – L’éveil printanier

Nous vous en avions parlé partout sur nos réseaux sociaux, et nous l’avons fait! Notre résidence en arts vivants SIQONI – L’éveil printanier est en cours et nous sommes ravi.e.s qu’elle compte pour cette première année des participant·e·s exceptionnel·le·s.

À titre de rappel, SIQONI est une résidence en arts vivants – théâtre, danse, conte ou poésie – qui s’adresse aux personnes de la relève et à tous ceux et celles qui ont un projet ou une idée créative qu’ielles veulent explorer et développer. Au cours de cette résidence, nos cher·e·s  «Siqonien·ne·s» participent à des ateliers créatifs menés par des artistes formateur·trice·s multidisciplinaires. Ils ont également accès à un accompagnement professionnel avec des mentor·e·s et à une banque de 25 heures à utiliser dans notre espace. Cette résidence, qui est actuellement en cours, aura lieu jusqu’en mai 2024.

Pour cette première résidence, nous avons sélectionné un groupe de sept artistes aux compétences variées et complémentaires. La première semaine d’ateliers et d’échanges créatifs a été un grand succès et les participant·e·s ont créé une très belle synergie qui a rempli notre espace d’une ambiance très positive et inspirante. 

Voici les portraits individuels des artistes qui forment cette belle équipe.

Marie-Hélène Canapé, Innue de Pessamit

Marie-Hélène est Innue de Pessamit. C’est une artiste créative dans l’utilisation des mots et dans l’art en général, qui aime  réfléchir sur la création. En écriture, elle adore connaître le sens des mots, leur contexte et leur origine. Elle a le projet de porter un message d’espoir aux femmes, aux jeunes, et peut-être même aux hommes autochtones et allochtones. Elle souhaiterait les amener à croire en elleux à travers des vers, et de les faire rire à travers des rimes. Se créer en écrivant pour les autres est l’une des plus belles façons pour elle de contribuer à sa participation citoyenne.

Je suis retournée à mes racines que j’ai délaissées avec mon quotidien. C’est meilleur qu’une thérapie!

— Marie-Hélène, suite à la première semaine de résidence

Billy Ray Chachai, Atikamekw et Innu

Billy Ray est à la fois Atikamekw et Innu. Depuis 2013, il développe sa passion pour la scénarisation: cinéma, mini-séries, séries TV, courts-métrages et théâtre. Il s’intéresse à de nombreux sujets, parmi lesquels la psychologie, la criminologie, la sociologie, la politique et les arts. Il aborde des sujets lourds tels que les impacts de la colonisation, l’importance de l’éducation universitaire ou encore  la protection des enfants. En 2023, il s’est lancé dans les arts visuels comme dessinateur, designer et peintre.

Je revis, j’ai trouvé quelque chose de plus puissant que la passion!

— Billy Ray, suite à la première semaine de résidence

Stéphanie Héroux-Brazeau, communauté Anishinaabe du Lac-Simon

Stéphanie fait partie de la communauté Anishinaabe du Lac-Simon. Actrice et danseuse de tous styles, elle pratique le hip-hop, le stilettos, le burlesque et est aussi une danseuse de powwow. La danse est son moyen de guérison, le théâtre son moyen d’expression. Depuis son plus jeune âge, elle est en amour avec les arts de la scène et la poésie. Elle aime raconter son histoire de résilience et sa reconnection avec son identité et sa culture Anishinaabe.

Il y a une renaissance de retourner à ses racines, ça fait du bien à la confiance. Je repars plus outillée.

— Stéphanie, suite à la première semaine de résidence

Jeanne Moreau-Vollant, Innue de Pessamit

Jeanne est Innue de Pessamit. Étudiante en théâtre, elle fait de l’improvisation et est une adepte des jeux de rôle grandeur nature. Sa pratique artistique se caractérise par une cohabitation de différentes formes d’art (théâtre, poésie, son, musique et danse) qu’elle entremêle pour mieux exprimer son identité. Les thèmes principaux qu’elle aborde sont l’identité autochtone dans sa dualité, la transidentité et les enjeux de santé mentale. Elle souhaite que ses créations résonnent à leur façon pour chaque personne.

La résidence s’annonce être une aventure intéressante, les différents ateliers vont bonifier mes connaissances et m’aideront grandement dans mes projets à venir.

— Jeanne, suite à la première semaine de résidence

Lorena Trigos, Mexicaine Mestiza

Lorena est une Mexicaine Mestiza. En tant qu’artiste multidisciplinaire, sa démarche artistique est un voyage d’exploration et d’expérimentation à travers différentes formes d’expression artistique. Elle explore différentes disciplines telles que la danse, l’écriture, la peinture, la sculpture, la photographie, la performance et bien plus encore. L’exploration de l’identité est un aspect essentiel de sa démarche. En tant que femme de couleur moitié nahua et moitié espagnole, elle est profondément inspirée par des thèmes liés à l’immigration.

La première semaine de résidence a été remplie de nouvelles rencontres qui ont nourri notre esprit artistique et notre cœur.

— Lorena, suite à la première semaine de résidence

Laurence Vollant-Vachon, Innue de Pessamit

Laurence est Innue de Pessamit et s’est découvert récemment une passion pour le cinéma et l’écriture. Elle a déjà réalisé un projet cinématique avec le Wapikoni; elle écrit également des poèmes et a déjà gagné un concours de poésie collégial. Elle souhaite développer son vocabulaire français et innu pour améliorer son écriture, et connaître les différents procédés linguistiques.

Ça m’a permis de découvrir des nouvelles de facettes de moi, je ne me suis jamais autant ouverte!

— Laurence, suite à la première semaine de résidence

Malorie Yawenda Picard, wendat-québécoise

Crédit photo: Nans Bortuzzo

Artiste wendat-québécoise émergente, Malorie a suivi des formations en théâtre, musique, chant et création littéraire. Sa démarche artistique est imprégnée d’une quête personnelle, surtout spirituelle, qui lui a fait découvrir les rituels autochtones. Inspirée par la démarche autoethnographique, Malorie cherche à juxtaposer les formes d’expression (mots, mouvement, son, mise en scène) pour une expérience multidimensionnelle. Elle souhaite rendre sa poésie hybride, vivante et participative. 

Je me sens entourée, comprise, soutenue en tant qu’artiste, et ça fait un bien immense de ne plus être seule!

— Malorie, suite à la première semaine de résidence

Comme vous pouvez le voir, nous avons la chance d’avoir réuni de beaux artistes aux multiples talents, et nous avons hâte de les voir s’épanouir sur scène à travers leurs projets respectifs. Nous avons déjà eu de très bons retours de leur part et nous aspirons à les combler et à les mettre en avant au niveau artistique, afin que leur créativité atteigne des sommets et que leur motivation et leur détermination ne s’éteignent jamais.

Picture of Cécile Diaz

Cécile Diaz

Cécile Diaz est la chargée des communications des Productions Ondinnok

Related Posts

Leave A Comment